Éternel insatisfait ou multipotentiel qui s'ignore ?

Vous êtes curieux, polyvalent, plein d’envies et d’idées dans la tête ? Vous avez sans cesse envie de réaliser de nouveaux projets au point de ne pas réussir à faire des choix ? Pire encore, vous avez du mal à savoir ce que vous voulez ?

N’être expert de rien, avoir envie de tout

Quand on est multipotentiel, on a souvent tendance à s’intéresser à tout un tas de choses, ce qui donne aux autres, l’image de quelqu’un qui se disperse et ne sait pas vraiment où il va.

Pour faire une analogie avec la pêche, on pense que ceux que l’on considère comme des experts sont plutôt des pêcheurs au harpon : ils visent juste et sont concentrés sur un poisson à la fois. Au contraire, les multipotentiels sont plutôt des pêcheurs au filet : ils ne visent rien de précis mais savent se positionner dans les fonds marins riches, pour attraper des prises variées. Vous savez pêcher au filet ? Pourquoi vouloir à tout prix pêcher au harpon ? Vous risquez de ne jamais acquérir la dextérité nécessaire et de vous épuiser, voire de mourir de faim…

💪 Capitaliser sur vos forces : vous apprenez vite et vous savez gérer la nouveauté, vous êtes capable de comprendre des enjeux complexes rapidement alors placez-vous dans des fonds marins qui comptent une grande variété de poissons. Éloignez-vous des structures où l’immobilisme règne ! Dans le bon océan, vous vous sentirez sans aucun doute comme un poisson dans l’eau.

Ne pas savoir choisir, puis renoncer

Quand on est multipotentiel, on a du mal à savoir par où commencer et on se sent souvent incapable de faire des choix. Normal quand on s’intéresse à tout et que l’idée même du vieil adage « choisir, c’est renoncer » nous effraie. Mais si, au contraire, choisir nous permettait d’avancer plus sereinement ?

Goethe disait à ce sujet :

« Tant que nous ne nous engageons pas, le doute règne, la possibilité de se rétracter demeure et l’inefficacité prévaut toujours. Dès le moment où on s’engage pleinement, la providence se met également en marche. Pour nous aider, se mettent en œuvre toutes sortes de choses qui sinon, n’auraient jamais eu lieu. »
Plus de temps à perdre, il va falloir s’engager ! Et vous verrez, la vie n’est pas seulement comme une boîte de chocolats, c’est aussi une pelote de laine : plus on tire le fil, plus le reste vient naturellement.

Ne pas confondre multipotentiel et multitâches

En tant que bon multipotentiel qui se respecte, vous devez parfois, ne plus savoir où donner de la tête. Vous courrez plein de lièvres à la fois, par peur de l’ennui ou de passer à côté de quelque chose.

Quand on est freelance multipotentiel, on est libre de s’organiser comme on veut et de gérer son temps comme bon nous semble. Le risque, c’est de vouloir remplir son agenda à tout va et de se retrouver dans une course effrénée dans laquelle on s’épuise vite.

On vous donne 3 règles simples pour ne pas tomber dans la sur-activité :

🤹🏻 #1. Ne pas être multitâches : le multitasking est bien souvent synonyme d’inefficacité. À vouloir trop en faire ou trop en même temps, on perd en pertinence mais aussi en créativité. La règle d’or : pas plus de 2 focus dans une même journée.

✍️ #2. Se créer des habitudes : c’est la clé pour garder un rythme. Évidemment, elles ne seront plus celles d’un salarié qui a des horaires de bureau à respecter. En revanche, pour tenir sur la distance, il est primordial de se créer un cadre : celui qui vous correspond le mieux. Par exemple, des rendez-vous le matin et le travail à produire l’après-midi, ou l’inverse.

🙏 #3. Apprendre à ne rien faire : difficile pour un multipotentiel… d’autant plus quand on est freelance, que c’est notre gagne-pain et qu’on a l’impression qu’on n’en fait jamais assez. Mais gardez en tête que parfois, il est urgent de ne rien faire. Votre créativité n’en sera que plus belle puisque toutes les études neurologiques montrent que même quand on met son cerveau en vacances, il se passe plein de choses dans nos têtes.

Lire votre boussole pour ne pas vous perdre

Quand on est multipotentiel, on a parfois l’impression que l’on se disperse et que chacune de nos actions est un coup d’épée dans l’eau. Chez Switch Collective, on a établi le Bilan Switch dans lequel on a élaboré un outil que l’on peut qualifier de boussole de vie, LA BOUSSOLE SWITCH :

Cette boussole est constituée de 3 pilliers :

➙ Notre pourquoi : quelle est notre mission, notre cause, notre objectif, quel impact voudrions-nous avoir ?

Un quoi : ce que l'on sait faire, ce que l'on aime faire, ce que l'on aimerait faire

Un comment : dans quel environnement avons nous envie d'évoluer, dans quelles conditions, à quel rythme...

Bien entendu, trouver son rythme, oser le vide, apprendre à faire des choix, trouver son pourquoi / quoi / comment … c’est difficile et surtout, ça prend du temps ! Mais il paraît qu’il ne faut que 30 jours pour que quelque chose soit ancrée et devienne une habitude. Alors, qu’est-ce que vous attendez pour faire ce premier choix enfin… ce premier pas ?

POUR ALLER PLUS LOIN

👉 On organise très régulièrement des lives avec des conseils et des exercices concrets, pour faire un premier pas en douceur dans sa transition pro. On y parle aussi du Bilan Switch, notre programme de 2 mois en collectif pour redonner du sens à sa vie pro. Inscriptions ici.

De la même catégorie

L’été : période idéale pour switcher ?

Vous non plus vous n’avez pas du tout envie de reprendre le boulot en septembre ? L’été, on a tous envie d’un (vrai) break avec notre job. Mais c’est souvent à cette période, justement, que notre cerveau est assez dispo, pour commencer à se poser de vraies questions sur où on en est dans notre vie pro et sur ce qu’on aimerait changer dès septembre, sans forcément y trouver de réponse. Et si on profitait de ces 2 mois d’été pour enclencher notre switch de rentrée? Pour vous aider, Laure, notre Directrice pédagogique vous propose 3 précieux conseils pour vous mettre en mouvement, dès maintenant 👇

En savoir plus

Pourquoi le collectif nous aide quand on veut changer sa vie pro ?

Partager mutuellement ses peurs, ses doutes, son objectif avec un groupe qui rencontre les mêmes questionnements, nous engage et surtout, nous aide à rester constant dans son projet, particulièrement dans les moments où la motivation peut fluctuer. La preuve par 3 que le collectif peut être votre meilleur allié dans votre quête de sens au travail et dans l’aventure d’un switch à venir.

En savoir plus

Le switch est il féminin ?

On plaisante, et en fait pas tant que ça. Parce que c’est avant tout une stat claire : les femmes switchent plus que les hommes. Comme on est curieux.se, on a voulu comprendre pourquoi la majorité des participants de notre programme Fais le Bilan sont des participantes. Switch Collective a été fondée par 2 femmes - coucou Clara et Béa - mais le programme s’est toujours adressé à tous. Alors pourquoi les femmes changent plus de carrière pro que les hommes ? Et donc, le switch a-t-il un genre et si oui, est- il donc féminin ?

En savoir plus